Retour à la page d’accueil

Critères pour le déclenchement d’une alerte AMBER

En cas d’enlèvement d’enfant, la police ne déclenchera une alerte AMBER que si l’enfant est en grand danger et que le temps est un facteur crucial. Chaque province a ses propres critères pour déterminer s’il y a lieu de déclencher une alerte AMBER pour faciliter la localisation d’un enfant victime d’enlèvement.

Le déclenchement d’une alerte AMBER est soumis à certaines conditions. On y recourt rarement, et c’est à la police de décider au cas par cas si le déclenchement d’une alerte AMBER aiderait à retrouver un enfant victime d’enlèvement.

Les conditions requises pour le déclenchement d’une alerte AMBER varient d’une province à l’autre, mais les critères de base sont :

  • L’enfant doit avoir moins de 18 ans

  • On croit que l’enfant a été enlevé

  • On croit que l’enfant court un danger imminent

  • On dispose d’informations à communiquer pour aider à localiser l’enfant ou son ravisseur (par ex., description de l’enfant, du suspect ou du véhicule du ravisseur)

L’alerte AMBER doit en outre être déclenchée dans un délai raisonnable à partir du moment de l’enlèvement. Certaines provinces recourent aussi à l’alerte AMBER suite à la disparition d’un adulte vulnérable (par ex., personnes âgées ou atteintes d’une déficience intellectuelle).

Critères provinciaux pour le déclenchement d’une alerte AMBER

Pour vous renseigner sur les critères propres à votre province ou territoire, consultez les sites internet suivants :

Dans quels ne déclenche-t-on pas l’alerte AMBER?

Les services de police reçoivent souvent des signalements d’enfants disparus. Même si une disparition d’enfant revêt un caractère urgent, elle ne répondra pas nécessairement aux conditions requises pour le déclenchement d’une alerte AMBER. Selon l’information dont elle dispose, la police peut juger qu’une alerte AMBER ne permettrait pas de retrouver l’enfant sain et sauf ou ferait courir à l’enfant un danger encore plus grand. Dans pareils cas, la police a des moyens à sa disposition pour réagir rapidement et efficacement à la probabilité d’un enlèvement (alerte médiatique, appel à la population, battue, etc.). Alerte AMBER ou pas, la police prend toujours des mesures immédiates.

Exemples :

Une fille de 14 ans rentre chez elle après l’école, et des voisins la voient en chemin. Son père arrive à la maison plusieurs heures plus tard et constate que sa fille n’est pas là. Il ne voit rien d’anormal, et après vérification auprès des voisins, personne n’a vu la fille partir ni remarqué quoi que ce soit d’inhabituel ou de suspect à la résidence. L’intervention de la police à la demande du père ne permet pas d’obtenir plus d’information sur l’endroit ou la fille pourrait se trouver. À part le signalement de la fille et la description des vêtements qu’elle portait, une évaluation des raisons possibles de la disparition de la jeune fille procure à la police très peu d’information à transmettre à la population. La police n’a aucune description d’un suspect ou d’un véhicule, ni aucune indication d’un déplacement quelconque. Rien n’a l’air louche, et la fille est assez grande pour être allée quelque part de son propre gré. Ce cas NE RÉPOND PAS aux critères pour le déclenchement d’une alerte AMBER.

Un garçon de quatre ans joue dans la cour de sa maison pendant que sa mère fait des travaux ménagers un peu partout. La mère constate tout à coup que son enfant n’est plus dans la cour. Elle remarque alors la présence d’un véhicule inconnu près de son entrée de cour. À l’instant où elle sort dehors, le véhicule s’en va. L’enfant est introuvable. La police arrive sur les lieux et fouille le quartier, mais l’enfant demeure introuvable. Puisqu’il s’agit d’un jeune enfant et que sa mère a pu fournir son signalement et celui du véhicule, ce cas POURRAIT répondre aux critères pour le déclenchement d’une alerte AMBER.

Voulez-vous vraiment annuler la collecte d’information? Toute l’information que vous avez fournie jusqu’à maintenant ne sera pas enregistrée.