Retour à la page d’accueil

Retour à la maison

Quelles que soient les raisons qui ont poussé votre enfant à faire une fugue, son retour à la maison peut être pénible pour tout le monde. À son retour, montrez de l’empathie et dites-lui que son bien-être vous tient à cœur. Montrez que vous êtes heureux qu’il soit rentré et faites tout ce que vous pouvez pour que l’enfant se sente bienvenue et à l’aise. Il est important de comprendre que votre enfant pourrait ne pas manifester les mêmes sentiments et les mêmes préoccupations à votre égard. La durée de sa fugue aura une incidence sur les mesures à prendre pour assurer la santé et la sécurité de votre enfant.

Quand vous retrouverez votre enfant :

  • Dites à votre enfant que vous l’aimez et que vous êtes heureux qu’il soit de retour à la maison.

  • Amorcez un dialogue honnête avec votre enfant et efforcez-vous d’éliminer les facteurs qui ont motivé sa fugue. Vous n’avez pas à faire cela tout de suite. Laissez-vous le temps, à vous ou à votre enfant, de vous rajuster et de réfléchir au besoin.

  • Appelez la police pour annoncer le retour de votre enfant (si elle ne le sait pas encore).

  • Appelez EnfantsPortesDisparus.ca pour annoncer le retour de votre enfant (si vous avez communiqué avec cet organisme et s’il n’est pas déjà au courant).

  • Si votre enfant a été victime de violence durant son absence, il pourrait être nécessaire de l’amener à l’hôpital ou voir un médecin. Soyez honnête avec le médecin quant à ce qui est arrivé à votre enfant et à ses activités. Vous vous assurerez ainsi que votre jeune recevra les services médicaux ou autres dont il a besoin.

  • Communiquez avec un médiateur externe ou un conseiller. Ces professionnels vous aideront, vous et votre enfant, à analyser les raisons de la fugue, ils aideront l’enfant à se remettre sur pied et ils aideront votre famille à amorcer son processus de guérison.

  • Aidez votre enfant à trouver d’autres éléments de soutien (amis positifs, participation à des activités, etc.).

N’oubliez pas que votre enfant pourrait aussi vivre une vaste gamme d’émotions – peur, colère, soulagement, tristesse, etc. Il pourrait s’attendre à ce que vous lui suggériez des actions et des réactions. Vous pouvez jouer un rôle positif dans ce processus en réagissant calmement et en vous concentrant sur la réparation et les solutions.

Plus votre enfant aura été parti longtemps, plus sa réintégration à la cellule familiale sera difficile. Ne fixez pas des attentes trop élevées qui auraient pour effet que tout redeviendra bien vite « comme avant ». Cela pourrait être très frustrant pour votre enfant, qui risquerait de vouloir repartir.

Si la séparation a été longue, il est important de consulter un professionnel le plus tôt possible à propos du processus de réunification (psychologue, services spécialisés dans les cas de disparition d’enfant, travailleurs sociaux, police, etc.). Plusieurs démarches s’offrent à vous pour faciliter la réunification et soulager le fardeau de votre enfant.

Voulez-vous vraiment annuler la collecte d’information? Toute l’information que vous avez fournie jusqu’à maintenant ne sera pas enregistrée.