Retour à la page d’accueil

Les signes d’un risque d’enlèvement d’enfant par l’un des parents

Les signes avant-coureurs voulant qu’un parent planifie d’enlever l’enfant sont nombreux. Nous en dressons une liste plus bas mais rappelez-vous : la présence d’un ou de plusieurs indices ne signifie pas qu’un enlèvement d’enfant par l’un des parents se produira, de même que l’absence d’un ou de plusieurs indices ne signifie pas qu’un enlèvement n’aura pas lieu. Faites appel à votre bon jugement lors de l’évaluation des risques ; gardez à l’esprit ce que vous savez de votre ex-partenaire, de votre enfant et de votre relation. Procédez ensuite à l’évaluation des risques en tenant compte de certains facteurs communs aux enlèvements d’enfant par l’un des parents :

  • Votre ex-partenaire a déjà enlevé votre enfant par le passé.

  • Votre ex-partenaire a déjà menacé d’enlever l’enfant et ce, en termes clairs ou voilés.

  • Votre ex-partenaire a déjà menacé de vous faire du mal à vous, à votre enfant ou à lui-même et ce, en termes clairs ou voilés.

  • Votre ex-partenaire a un passé chargé en matière de comportements violents ou de contrôle excessif.

  • Votre ex-partenaire démontre beaucoup d’hostilité, de rage ou de ressentiment envers vous ou votre famille.

  • Entre vous et l’autre parent, c’est une lutte à finir, en particulier au sujet de votre rôle de parents, du droit de garde et droit de visite.

  • Votre ex-partenaire possède de la famille et d’autres liens dans un pays étranger, il songe peut-être y retourner.

  • Votre enfant a eu certaines réflexions qui vous inquiètent, comme « Papa/Maman a dit qu’on irait vivre dans un pays chaud » ou « Maman/Papa a dit qu’on allait bientôt déménager. »

  • Votre ex-partenaire a fait de grands changements dans sa vie comme quitter son emploi ou vendre sa maison.

  • Votre ex-partenaire est sans emploi, pourrait travailler n’importe où, est financièrement indépendant – autrement dit, rien ne le retient au pays pour motifs financiers.

  • Votre ex-partenaire s’inquiète constamment et sans motif valable de la sécurité et du bien-être de votre enfant lorsqu’il est sous votre garde.

  • Votre ex-partenaire est furieux d’une décision rendue par le tribunal au sujet de la famille.

Note: Immédiatement après le rendu d’une telle décision, les émotions atteignent parfois des sommets, ce qui peut augmenter les risques d’enlèvement d’enfant par l’un des parents.

  • Votre ex-partenaire a mis fin à son bail, fermé ses comptes bancaires, liquidé ses avoirs, caché ou détruit des documents, fait une demande de passeport et/ou de visa, déposé une demande de certificats de naissance, de dossiers scolaires et de dossiers médicaux, acheté des billets d’avion pour votre enfant ou encore, tous deux ont modifié leurs apparences. 1

  • Votre ex-partenaire commence à avoir des comportements obsessifs, à poursuivre, harceler (par exemple, il fait irruption à l’école ou dans les cours, il téléphone /envoie des messages texte sans arrêt ou utilise d’autres moyens de communication en ligne, etc.)

VOUS NE DEVEZ :

  • Jamais ignorer les menaces de l’autre parent qui dit vouloir enlever votre enfant, en termes clairs ou voilés.
  • Jamais ignorer les menaces de l’autre parent qui dit vouloir vous faire du mal à vous, à votre enfant ou à lui-même, en termes clairs ou voilés.

Prenez conseil auprès de la police et dites-le à votre avocat!

En discutant avec la police, ne minimisez surtout pas les risques pressentis.

1 Patricia M. Hoff (rev. ed.), Family Abduction: Prevention and Response, (Virginia, National Centre for Missing and Exploited Children, 2009), 20.

Voulez-vous vraiment annuler la collecte d’information? Toute l’information que vous avez fournie jusqu’à maintenant ne sera pas enregistrée.