Passez au contenu principal Passez au menu de la section

Fugue

Si votre enfant a disparu ou si vous craignez sa disparition, consultez la page Qu’est-ce qu’on peut faire pour vous? pour obtenir un complément d’information sur les indicateurs de risque, la prévention et les mesures à prendre dans l’immédiat.

On parle d’une fugue lorsqu’un enfant de moins de 18 ans est soupçonné d’avoir fui son domicile ou son lieu de résidence. Il peut s’agir, par exemple :

  • de situations où l’on pense que l’enfant a quitté volontairement son domicile;
  • de situations où l’on soupçonne que l’enfant a été encouragé à partir;
  • de situations où l’enfant fugue à répétition;
  • de situations où un enfant pris en charge par la protection de l’enfance est soupçonné d’avoir quitté volontairement le milieu où on l’avait placé.

Au Canada, la majorité des disparitions d’enfants sont des cas de fugue. Pour l’année 2018, on dénombre 31 003 cas de fugue d’enfants et d’adolescents au Canada1.

Le plus souvent, les jeunes fugueurs quittent la maison pour une courte période, généralement à la suite d’une dispute avec leurs parents ou tuteurs. Ils se réfugient parfois chez des amis ou des membres de la famille étendue, et certains recommencent dès qu’un désaccord survient. Certains jeunes fuguent pour échapper à des problèmes ou à des situations difficiles, ou encore parce qu’ils sont attirés par une situation qui leur paraît plus intéressante. La plupart des fugueurs retournent chez eux après quelques jours, d’autres, moins nombreux, vivent un certain temps dans la rue, dans des refuges ou dans d’autres milieux qui ne leur sont pas familiers.

Motifs de fugue

Les raisons qui poussent un jeune à faire une fugue sont complexes, mais elles sont généralement associées à un désir d’avoir plus de contrôle sur sa destinée. Dans ce cas-ci, la fuite est parfois associée à une quête de liberté ou perçue comme le seul moyen d’éviter les conséquences d’une mauvaise décision prise à la maison, à l’école ou avec des pairs.

Les enfants pris en charge par la protection de l’enfance sont plus sujets à faire des fugues et sont à l’origine de nombreuses disparitions d’enfants signalées à la police chaque année. Hormis les motifs habituels de fugue, les enfants placés passent parfois par plusieurs foyers et n’ont pas la chance de développer une relation stable et solide avec un substitut parental.

Il est très important de comprendre les motifs d’une fugue pour prévenir les récidives. Un enfant ou un adolescent qualifié de « fugueur chronique » requiert plus de soutien et d’attention, et non le contraire. Chaque enfant est important, quelle que soit sa situation familiale. Il y a plus à faire pour aider à ramener ces jeunes dans leur foyer.

Les dangers

Un jeune en fugue s’expose à toutes sortes de risques : exploitation, agression sexuelle, violence, vol, usage de substances psychoactives (drogue et alcool), itinérance, gangs de rue, etc.

Consultez notre section Fugue pour plus de détails à ce sujet.


  1. 1 Ce chiffre correspond au nombre d’incidents signalés en 2018; il ne reflète pas le nombre d’enfants fugueurs qui sont portés disparus à l’heure actuelle. SOURCE : Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés (CNPDRN) Fiche de renseignements 2018.